Dans le cadre de la semaine des préventions, les élèves des classes de 6B et 6E ont pu bénéficier, le jeudi 19 avril, d’une rencontre-atelier sur le thème des handicaps visuels : ce projet a été porté par Maxence Lesprit qui, parallèlement à ses fonctions à la Vie scolaire du Collège, travaille à Lamballe au sein de la structure Bel Horizon. Créée en 2013, celle-ci accueille des personnes atteintes de handicaps visuels à des degrés divers et leur offre des conditions d’optimisation de leur autonomie. Trois résidents ont accepté l’invitation de Maxence et sont ainsi venus au collège parler de leur vécu. Cet échange s’est doublé d’un atelier pratique tout à fait édifiant et les travaux d’élèves répercutent déjà cette expérience !

Le cahier d'Aodren
Le cahier d’Aodren

« Aveugle », « non-voyant », « malvoyant »…les termes déjà posent question et il est n’est pas aisé de poser le mot juste sur chaque situation. Autant dire que beaucoup de choses étaient à dire sur un créneau (15-17h) que beaucoup ont estimé bien court ! Maxence avait bien fait les choses en conviant au collège trois résidents, Fabrice, Stéphane et Kenny et trois professionnelles, Véronique accompagnée d’un duo d’Angélique (!) de choc. Tous côtoient Maxence au Bel Horizon, dans le cadre plus large de l’association « Voir ensemble » qui œuvre sur l’ensemble du territoire national. Pour les élèves, trois temps très différents se sont succédés : un échange avec les invités du jour, un atelier « remplir un verre d’eau » et une découverte des techniques de guide et manipulation de la canne. Pour l’échange, les élèves avaient préparé des questions devant lesquelles les résidents ne se sont pas défilés et que les professionnelles ont toujours su relayer et relancer : handicap de naissance ou venu plus tardivement ? réaction de la famille à l’annonce du handicap ? difficultés au quotidien ? comment tenter de compenser le handicap ? Kenny a ainsi évoqué sa mère et sa réaction instinctive : « mais pourquoi ça tombe sur nous ? ». Il a souligné qu’il s’agissait chez elle de la peur de ce qu’il pourrait advenir dans la vie pour lui, son fils…

Les 6E à l'écoute.
Les 6E à l’écoute.

Fabrice et Stéphane ont parlé de leur expérience et équipement personnels. Ainsi, Fabrice a présenté son « Victor », un lecteur de livres audio très performant destiné aux déficients visuels. Stéphane, quant à lui, a fait montre de sa parfaite maîtrise du braille, qui est un système d’écriture tactile à points saillants (c’est-à-dire en relief !), à l’usage des personnes aveugles ou fortement malvoyantes. De fait, il s’est livré à une véritable démonstration, dans la mesure où il avait apporté sa machine à écrire, une Perkins d’origine américaine, comportant 6 touches grâce auxquelles on peut taper tout l’alphabet braille. Cet apprentissage lui a pris 10 bonnes années ! Devant les élèves, il a donc tapé l’alphabet et quelques phrases simples. De plus, avec l’aide de Maxence, il avait préparé une étiquette portant le prénom de chacun ! Là encore, les questions pratiques n’ont pas manqué : dans quel sens faut-il lire ? comment fait-on les majuscules ? où est la barre d’espace ? comment remet-on la feuille en place ? comment fait-on pour effacer (avec le pouce, on appuie sur les reliefs erronés) comment fait-on les accents (surtout les trémas, mais là c’est madame Melscoët qui a demandé !!) ?

Stéphane et sa Perkins
Stéphane et sa Perkins

Côte atelier pratique, la salle 21 servait de camp de base ! Maxence y réunissait d’abord les élèves, par classe, afin de présenter quelques accessoires (canne, bandeau, ballon de torball -sport collectif destiné aux personnes déficientes visuelles mais aussi ouverte aux valides, pratiqué par certains lors de leurs TAP en classes primaires !!) et de mettre en place les deux activités « test ». En premier lieu, celle de se servir un verre d’eau. Banal a priori…mais les yeux bandés et sans aide, cela s’avère rapidement complexe….et aura nécessité un apport sans cesse renouvelé en lingettes, essuie-tout et autres mouchoirs tout au long des tentatives, afin d’éviter de donner à la salle 21 de faux airs de piscine mal entretenue !!

Service réussi sans dégât pour Tugdual !!
Service réussi sans dégât pour Tugdual !!

Maxence a proposé aux élèves de manipuler la fameuse canne, si impressionnante de par ses dimensions…et de par la présence d’une boule à son extrémité : mais pour quoi faire ? Elle permet tout simplement de repérer plus vite et plus finement les obstacles, de les identifier.

Maxence présente l'utilisation de la canne.
Maxence présente l’utilisation de la canne.

Mais comme tout apprentissage, il ne se fait pas sans une solide technique, qui nécessite de bons maîtres !!

Se déplacer avec une canne, ça s'apprend !
Se déplacer avec une canne, ça s’apprend !

Certains s’y sont essayés en fil indienne…

Kilian, prudent, tâte le terrain…
Kilian, prudent, tâte le terrain…

…d’autres avaient déjà une allure plus personnelle !!

Technique de Devrig !!
Technique de Devrig !!

Maxence a également expliqué les règles de la technique de guide, qui permet à un valide conduire une personne aveugle : se tenir un pas en devant cette personne et l’inviter à vous saisir le bras comme à l’aide d’une pince puis se déplacer en n’omettant rien des obstacles ni des changements de nature des sols ou des lieux…

Etrange procession de 6B !
Etrange procession de 6B !

Pour pratiquer, les élèves avaient constitué des binômes et quand l’un se banderait les yeux, l’autre aurait la responsabilité de le guider. Tâche ardue où la confiance est primordiale !

Nolann, ça va… mais Alexis hésite !!
Nolann, ça va… mais Alexis hésite !!

Pour s’exercer, les binômes constitués sont descendus sur la cour et on fait l’expérience des diverses difficultés de parcours -insoupçonnées lorsque l’on voit !- qu’elle présente. Se faire une montagne d’une simple bordure de trottoir ? Oui, si on ne sait pas qu’elle se trouve devant nous…d’où l’importance d’avoir quelqu’un de vigilant pour signaler l’obstacle et la manière de le franchir.

Célia face au trottoir…
Célia face au trottoir…

La montée ou la descente d’une volée de marches n’a rien non plus d’une évidence…

Kilian et Loïc (qui ne triche pas !) très concentrés sur le sol…
Kilian et Loïc (qui ne triche pas !) très concentrés sur le sol…

Il convient de préciser qu’avec la permission de monsieur Pinzan, un groupe de 6B a eu la possibilité de s’exercer en terrain encore plus ardu : derrière le bâtiment administratif, les élèves ont en effet non seulement croisé les incontournables bordures de trottoirs, mais aussi une pelouse au relief parfois accidenté -taupinières aidant, des emplacements pour vélos et des poteaux de fil à linge…Même les casse-cou habituels ont eu quelques surprises…frappantes !!

Mathéo évite de peu le garage à vélo !!
Mathéo évite de peu le garage à vélo !!
Aodren cumule les handicaps !!!
Aodren cumule les handicaps !!!

Une chose est sûre -et en dépit de ce que certaines photos pourraient laisser supposer !!-, chacun est reparti en un seul morceau et surtout évidemment ravi de ses expériences et de la rencontre ! Le constat, double, a été unanime : résidents et professionnelles ouverts et disponibles ; temps de pratique qui auraient mérité d’être allongés ! Un réel succès pour cette première expérience du genre au collège, qui a des chances de se voir reconduite dans les meilleurs délais, plus que jamais sous l’égide de Maxence !